3-12-16

Aides planétaires
 

L’humanité est un être qui s’éveille à sa réalité d’être un tout au service de l’organisme total. Il s’agit de servir l’éveil de l’entité Humanité, en servant l’éveil de chacune de ses particules à la réalité Une.
Il est de notre devoir, en tant qu’humains d’affirmer, de proclamer notre unité en tant que conscience, afin que l’être que nous sommes, investisse librement ses fonctions, et réponde aux nécessités  d’évolution de l’organisme Terre.

Croire que la disparition de l’Humanité, ne changerait rien au progrès de la nature, est une attitude qui favorise la déresponsabilisation individuelle et collective.
Il ne s’agit pas de prendre soin de la planète, afin de pouvoir continuer d’y vivre dans des conditions que l’on considérerait adaptées à notre évolution ou permettant la survie de l’espèce humaine, mais davantage parce que la présence de l’Humanité est essentielle dans l’évolution de l’ensemble des règnes, qui sont sensibles à Sa présence et se tendent vers Elle.

Nous ne sommes pas un règne supérieur en tant que règne dominant, ou dominateur, mais en tant que règne manifestant l'évolution de conscience reconnaissant d’être à la fois le tout, et un élément du tout.

(Le règne animal qui nous rejoint, marque son évolution de conscience dans sa capacité progressive à se reconnaître en tant qu’individu singulier.)


Il est de notre responsabilité de servir  l’évolution, en de se décentrant de nos besoins primaires et instinctifs de survis afin de répondre aux nécessités d’évolution de conscience de chacun des règnes. Nous sommes le règne qui traduit le plan d’évolution global.

La planète ne se portera pas mieux si nous cessons de la polluer, (même si cela marque un pas), mais si nous parvenons à remplir notre fonction d’Humanité, et qu’ensemble nous éprouvons la réponse à la question « quelle est la fonction de l’Humanité » au sein de l’organisme Planétaire.

La nature de par son intelligence, ne crée que par nécessité d’évolution de l’ensemble, si l’organe « humanité » a été créé c’est qu’il a une fonction particulière qui s’inscrit dans le bien fondé, le bien vivre de l’ensemble des vies planétaires (et cosmique).


Condamner, un organe, le supprimer, l'oppresser, l'isolé, ou le nourrir en excès ne peut que participer au retrait progressif de la vie de l’organisme.


C’est seulement lorsque chaque organe répond aux besoins de l’organisme, en remplissant sa fonction, que le tout révèle la gloire de l’unité.

Le sens du temps