01-08-16

Bâtisseurs dans l'invisible​
 

Nous pourrions nous poser la question « qu’est-ce que le réel ? ».
Le réel est-il ce que nous percevons de la vie,  ce que nous ressentons, ou nos impressions ?
Le Réel est-il la somme de l’ensemble de nos perceptions individuelles?
Une fois que nous avons vu que nos ressentis personnels nous trompent, ou que nos vérités ne sont que partielles ( d’autant si nous avons l’impression de voir la réalité contrairement aux autres) nous pouvons en conclure que nous sommes bien souvent à la périphérie des évènements, et non au point central où tout se comprend et s’éclaire en terme d’unité.

Si nous partons de l’hypothèse que le Réel est Unité, nous pouvons conclure que toute séparation, que tout ce qui crée une dualité qu’elle soit intérieure ou extérieure est l’« irréel ».

Lorsque nous vivons ponctuellement ou régulièrement cet état d’unité, appelé parfois Dieu, Amour, Joie… le Réel devient, ce à quoi nous aspirons, ce à quoi nous obéissons, avant de le réaliser notre identité fondamentale, car  en réalité toutes les vies sont une.

Et toutes les formes, sont la conséquence de l’investigation scientifique de la vie à révéler le Réel à travers la conscience.  

S’il est évident que l’unité Est (quelque part) , l’éprouver en toute circonstance, en toute situation, être en unité instantanée avec toutes les vies est loin d’être évident pour l’ensemble de nos corps, qui ont leur propre tourments, exigences, mémoires, et expériences de séparation à faire ou à dépasser.

En comprenant que l’intention fondamentale de la Vie est de révéler l’Unité, notre fonction d’Humanité nous est dévoilée.
Nous sommes à la fois la vie, la conscience, et le mouvement.

Souvent identifiés au mouvement plus qu’à la conscience ou la vie, notre quotidien nous parait être trop agité, compliqué... pour prendre le temps de se donner à la Réalité.

Nous pouvons choisir chaque jour de renouveler l’expérience de nos séparations, de nos manques, de nos peurs et différences, ou nous pouvons choisir de nous inscrire dans une expérience quotidienne  cherchant à révéler l’unité, sous ses multiples facettes.

Tels des scientifiques, nous pouvons choisir non plus de subir la vie, mais d’expérimenter la vie, et d’être des collaborateurs se conduisant les uns les autres, de l’obscurité à la lumière, de l’irréel au réel et du chaos à la beauté.

Chaque journée est l’opportunité d’extraire une perle de sagesse, fruit de notre expérience d'un jour, afin de bâtir ensemble et  progressivement une civilisation basée sur l’unité et la sagesse.

Ainsi, ensemble et librement, ancrés dans la ferme intention de bien, nous passons du sentier de la connaissance à celui de la compréhension, de l’utopie à la Réalité.

Et sommes des bâtisseurs invisibles agissant avec endurance et foi à travers le visible.

Tous les hommes qui cherchent à purifier leur existence le font, ou l’on fait, par amour pour leurs semblables.
 

Croire qu’en purifiant nos corps nous gagnerons en lumière, en amour, en vérité est une inversion de la Réalité.
 

L’amour éprouvé envers nos prochains, la vérité de la nature de toutes vies réalisée en soi, nous pousse à déployer l'aspect volonté afin de purifier nos corps, mental, émotionnel, physique afin d’être un élément reconnaissable par l’ensemble : digeste et inofensif.

Le sens du temps