LIBRE ARBITRE


A partir des énergies qui se donnent nous créons, produisons des énergies en libre circulation, dont une part est distribuée dans l’ensemble et une part nous revient. Ces énergies sont imprégnées des intentions, motivations et choix auxquels nous nous offrons. Sitôt l’intention émise là voilà perdue dans le passé, et enfouie dans le futur, avec comme effets ses conséquences karmiques (permettant l’expérience, et les réajustements nécessaires à l’évolution commune).

 

Vivre en tant qu’ensemble implique l’inclusivité des répercussions des choix passés des uns et des autres.
Avancer, penser, en tant qu’ensemble engage au présent de se donner consciemment et librement aux qualités, et choix nécessaires pour un avenir ajusté formellement au point de conscience supérieur à celui actuellement incarné. En éprouvant l’avenir, en le cultivant au présent, nous transformons le quotidien. 
Inutile et impossible de fuir, changer, supprimer une forme vue comme nocive,  afin d’atteindre un état d’éveil, un état de sérénité…ou un quelconque but dit « spirituel » visé par une personnalité las de son quotidien, exigeant, espérant ou attendant un mieux-être personnel.

De quel pouvoir sommes-nous porteurs, d’où réagissons-nous face aux choix égoïstes, que ce soient les nôtres, ou ceux que nous percevons dans le monde ? 
Confortons-nous ces choix, restons-nous indifférents, nous reposons-nous sur l’âme (tout est juste…), éprouvons nous du regret, de la colère, de l’incompréhension, entrons-nous en compassion, mettons-nous intérieurement en rapport le choix de la personnalité et le choix de l’âme servant l’Ensemble, observons-nous la cohérence de l’évolution ? Offrons-nous un point de vu détaché et cependant porteur de vision claire ?
Nous n’avons aucun pouvoir personnel sur les décisions des individus, cependant éprouvant et demeurant dans la lumière de l’âme nous devenons un pont éclairant la voie de l’évolution.



Demain porte les fruits des choix que nous faisons aujourd’hui. 
En identifiant et se désidentifiant de nos enfermements, se révèle notre fonction d’humanité : penser selon les lois de l’évolution.
Le travail qui est à faire doit être fait par et en chacun, en toute autonomie, consciemment et librement. 
Notre libre arbitre réside dans le temps que nous prenons pour nous y employer. 

Le sens du temps