L'OMBRE REAGIT A LA LUMIERE

 

Passer d’une psychologie de l’individu à une psychologie groupe, invite chacun à se rendre au meilleur en lui-même, osant se délivrer librement, consciemment des miasmes de constructions imaginaires séparatrices. Considérant « personnellement » la vie à étage, nous hiérarchisons, cloisonnons et séparons ce qui Est, selon le point focalisé depuis lequel nous sommes en expression dans l’instant.
L’extérieur est alors vu comme point d’autorité référant, nous situant par comparaison nous sécrétons des complexes d’infériorité ou supériorité. 
L’assujettissement à un fonctionnement d’autorité extérieure qui fût temporairement un mode d’évolution devient enfermement lorsque sonne l’heure de vivre en tant que Groupe.
Il est difficile pour les personnalités, de reconnaître et d’accepter, la « Liberté » de l’Autre se manifestant par un libre arbitre et une responsabilité Groupe individuée.
Nos réactions émotionnelles, sont l’expression d’une soif d’avoir un pouvoir sur l’autre quelle que soit l’apparence que cela prend. Le petit moi en manque d’importance, de spectaculaire, de reconnaissance… aveugle à la Lumière rejette spontanément le commun s’enfonçant dans la souffrance et l’inconfort relationnel, d’où naissent des attentes et des désirs porteurs d’autorité « dictatoriale ».


Ainsi au cœur du séparatisme afin de prendre soin de soi, des autres, des schémas de bonnes conduites édifiés par des points de vus égoïstes, sont mis en place au nom d’un confort relationnel basé sur des sentiments de respects, de tolérance, de bienséance. 
Aussi chaque règle de bonne conduite impose une conformité porteuse du germe de la critique, et du rejet.

Il incombe à chacun de reconnaître se polariser et vivre le point d’essentiel de vie intérieure qui l'appelle, s’y rendre l’habiter et ainsi le servir. Nul autre que soi se donne ou quitte l’Esprit groupe à servir dans l’instant.
D’où écoutons nous, au nom de quoi écoutons nous, que servons nous dans cette écoute. Demeurons-nous Présent, où sommes-nous absent à l’essentiel.

L’Essentiel est mouvement fluide de libération de vie, plus nous nous donnons à la réalité de l’ensemble en action, plus nous vivons la liberté d’être des autres, plus nos limitations sont mises en lumière et dissipées.
Par la reconnaissance de nos réactions instinctuelles égoïstes, disciplinant nos corps avec bienveillance et sagesse nous dissipons progressivement les nuages occultant la Lumière de l’Unité.

..........
Passer d’une relation bipolaire, à une relation triangulaire, afin que tout événement soit embrassé dans sa globalité.

Le sens du temps