VERITE
 

Ne nous fions pas à nos apparences elles sont trompeuses.
Nous cherchons souvent non pas à voir la réalité telle qu’elle est, mais telle que nous souhaitons la voir apparaître.

En se croyant fort ou faible, intéressant ou inintéressant, sauveur ou victime, libre ou prisonnier, nous voilons la vérité en la rendant conforme à nos attentes, jusqu’à devenir aveugle à la réalité.

Au nom de la vérité, prenant le rôle de défenseur de valeur, nous devenons inquisiteur, terroriste, séparateur.
 

Ne nous fions pas à nos apparences elles sont trompeuses.
Au nom de quoi portons-nous notre regard dans les évènements du Monde ?
Reconnaissons nos schémas réactionnels, qui se jouent tant dans nos foyers, que sur la scène internationale, observons le regard de celui qui en nous regarde le monde : est-ce l’enfant que nous étions, l’adolescent, le jeune adulte, l’adulte, le sage ?
Quelle est la cause de ce regard ?
Est-ce justifié ?
Si nous répondons, « oui », alors à l’instant nous savons que nous sommes prisonniers d’une situation passée, autour de laquelle nous nous sommes conditionnés pour exister.

Oser voir la vérité, est une invitation à inclure ce que nous avons exclu.

Elargir notre regard, jusqu’à reconnaître et porter les mêmes problèmes que chacun et retrouver l’intime état de fraternité porteur de solution commune.

La Vérité domine tout ce qui est. Elle pousse et fait vibrer toutes les situations en parfaite adéquation avec Son Intention.
Les apparences ne sont que les terminaisons de Son expression en mouvement permanent par nécessaire adaptation.

Tant que nous sommes attachés à cultiver, conserver, sauver, transformer les apparences, nous restons à distance de l’étincelle de vérité accessible à notre conscience.

Renoncer à réagir ou se conformer aux apparences nous porte à cesser de se comparer aux autres, en plus ou en moins et vivre notre banalité.
 

 

Le sens du temps