L’amour est le rayonnement de l'être qui a centré sa vie dans la vie de l’amour.

14-09-16

Vivre l'amour​

Nos choix de changer, d’évoluer, de nous transformer, trouvent souvent leurs motivations dans notre besoin d’aimer et d’être aimé. Ce besoin étant  le centre de notre vie, nous sommes magnétiquement attirés à parcourir le monde, les rencontres, les aventures, afin d’assouvir cette soif sentimentale.

Telle une particule en mouvement nous sommes à la recherche d’expériences d’amour, que nous reconnaissons comme telles par le bien qu’elles nous procurent.
Et quand la magie de la rencontre opère, nous fusionnons affectivement, et  vivons le temps d’un instant le bonheur, voire la joie d’être « ensemble ».  

Quand la relation de la partie au tout et du tout à la partie est développée chez l’individu, s’ajoute parfois la  projection de participer ainsi à la diffusion de l’amour sur terre.

Cette fusion affective vécue à l’extrême engendre souvent une popularité, plus ou moins étendue, qui  témoigne à nos yeux de notre réussite à vivre et servir ce que nous percevons être l’amour.

D’un autre point de vue l’amour est un chemin, qui nous conduit d’expansion de conscience en expansion de conscience.

Il nous élève en vérité, et nous porte à découvrir le monde en tant que conscience, ce ne sont alors plus les rencontres extérieures qui se multiplient mais les voyages intérieurs élargissant nos visions étroites de ce qu'est la réalité.


Conduits  à réaliser qu’ayant basé nos relations sur l’affecte, qu'ayant fait de notre personne le centre glorieux ou dramatique de notre quotidien, nous constatons avec effroi parfois que nous avons vécu à la périphérie de la vie.

En s’offrant à l’Amour,  il ne s’agit non plus de centrer notre vie autour d’une personne, de milliers de rapports humains, d’un idéal ou d’activités agréables se succédant les unes aux autres, mais de centrer notre vie dans la Vie.


Il s’agit par le pouvoir de la centralisation de pénétrer la vie, et ainsi de vivre la Présence de la Conscience qui unit toutes les vies en son sein, et les aime toutes sans hiérarchisation égoïste.

En fermant jours après jours nos deux yeux sur le monde des phénomènes s’ouvre progressivement l’œil du cœur, qui nous relie en continue de la périphérie au centre, puis du centre à la périphérie.

Il apparaît alors qu’un seul but :  servir l’Être  dans son parcourt d’extériorisation, et réaliser le choix de la conscience qui est amour, sacrifiée en toutes vies et toutes circonstances.

Vivre l’amour détourne des attachements matériels, libère des oppressions du  monde des apparences, et délivre de l’invisible les moyens utiles qui permettent de passer de la connaissance à la compréhension, non plus en cherchant à adapter la vérité au moment, mais le moment à la vérité.

A la périphérie, nous sommes des milliards de particules qui s’agitent se rencontrent, se séparent, mais toutes sont magnétiquement attirées au centre par l’unique qui régit l’ensemble des vies. 

En ce centre où nous sommes  l’Un,  les myriades de formes qui changent éternellement ne sont que le reflet de l’Unique, qui se meut par son expansion dans le multiple. Ainsi centrés dans la vie une, le cœur s’épanouit au soleil, libéré du besoin d’aimer ou d’être aimé, libéré des intérêts personnels que nous trouvions dans les relations, laissant émerger la compassion, nous sommes préparés au service.

Centrons nos vies dans la vie, et engageons-nous dans la voie de la conscience.
Faisons le choix intérieur, de s’axer à servir l’humanité dans son évolution, sans savoir dans un premier temps, ce qu’est le service, ni comment servir.

Obéissons à la conscience, en renonçant d’obéir aux stratégies et pouvoir  mis en place pour conserver la ou les formes aimées.


Nous n’appartenons à aucun clan familial ou amical, mais à l’humanité dans son entier.

Cultivons l’esprit de la fraternité, quelles que soient les apparentes inharmonies, faux pas ou erreurs, reflets de notre difficulté à lâcher notre interprétation affective de cette énergie d’Amour.

Quittons nos besoins d’aimer ou d’être aimé, et faisons le choix de l’Amour !

Le sens du temps