Reliés en Vérité, quel que soit le mouvement du mobile, la beauté demeure.

Osons être vrais, et renoncons à la peur du changement de nos relations.

15-05-16

L'équilibre du mobile
 

Il est des relations qui posent questions, dont on préfère taire les réponses qui nous dérangent, ces réponses que l’on enterre sous les plis d’un quotidien devenu pourtant inadapté à notre réalité intérieure.
Tout en continuant ou se mettant à faire semblant que tout va bien, l’on crée un épais brouillard pour s’éviter de voir ce qui doit être revisité ; ce qui appelle à changer, évoluer, muter.

 

Aller à la rencontre de l’autre demande de renoncer à une part de soi, renoncer à son isolement, son équilibre ou son déséquilibre apparent et temporaire.
L’autre, qu’il soit un ami, un parent, un conjoint, un inconnu est porteur de points d’écoute et de vues différents des nôtres.

Lorsque la communication s’installe, on ne sait à quelle note elle aboutira, vers quelle nouvelle vision d’ensemble elle nous conduira.

 

Une communication vraie, est basée sur une écoute et une parole vraies.
Loin des bavardages, le dialogue d’intérieur à intérieur extériorise un nouvel aspect de vérité qui jusque-là demeurait dans l’invisible et l’inaudible, révélant un  nouveau point de départ commun.

 

Combien de fois nous préférons  bavarder, rester superficiels, vivre des relations « légères », nous permettant d’effacer (du moins le croit-on) le problème central de notre vie : oser être.

 

Un dialogue d’intérieur à intérieur, nous élève les uns les autres dans une reliance intime.

Les bavardages futiles, sont des monologues, où l’écoute est basée sur soi, que l’on soit seul, deux, trois ou davantage.
S’écouter et parler ensemble, non dans un tour à tour  basé sur les règles de bonnes conduites  éducatives, mais ensemble écouter ce qui se vit dans nos échanges, afin de s’éveiller à un nouvel accord et quitter nos points de vues séparés.

 

Si dans les couples, et dans les foyers, l’on évite de s’offrir à l’autre, c’est par peur du changement et des renoncements que cela induit pour notre égoïsme. Observons nos réactions chacune d'elles sont des stratégies mises en place pour éviter tout risque de changement sur la réalité telle que nous la vivons afin de demeurer illusoirement  dans un état d’équilibre personnel et tranquille.

En posant nos outils intérieurs de conservatismes, l'on s'offre au changement. 

 

En cessant de croire qu'on se connaît soi ou l'autre ; la relation révèle l'unité supérieure à chacun d'entre nous.

 

Dans l’équilibre, comme dans le déséquilibre, la beauté du mobile demeure, restons intérieurement axés dans le vrai, afin d'offrir le meilleur de nous-même :
un mental calme, un cœur compréhensif, et par le don de ces richesses, recevoir la Liberté d’Être.

Le sens du temps