LE POUVOIR DE LA LUMIERE, ECLAIRE, LIBERE ET GUERIT


La guérison factice est ce qui conduit d’une croyance de déséquilibre à une croyance d’équilibre.
Un médicament pour le corps physique, un sentiment d’amour pour le corps émotionnel, sont des pansements voilant une béance, qui avec le temps resurgira sous une nouvelle forme.

Au fil de l’évolution, guérir les douleurs et souffrances relationnelles, par médicaments, ou réconciliation sentimentale est vu comme un frein, un évitement. Il s’agit alors d’aller écouter l’aspect de vérité qui se cherche derrière : l’abstrait qui demande à se manifester. 


Ce chemin d’élévation se manifeste par des tensions, qui prises personnellement peuvent être vécues comme des conflits. L’évitement à se rendre au cœur de ces tensions amplifie le mirage du conflit. Est-ce le conflit qui fait peur ? Si celui-ci parait désagréable, il n’est en réalité que le réflecteur primaire de la manifestation de l’harmonique supérieure. Eviter, fuir, apaiser personnellement le conflit c’est éviter l’harmonie nouvelle.


L’on sait intimement que toute nouvelle parcelle de vérité reconnue, pousse à changer au cœur de tous nos rapports, ainsi l'écoute du point de vu de l’autre peut faire peur, il nous pousse à quitter nos vérités, croyances et habitudes personnelles.

La Guérison est impersonnelle, et porte avec elle le changement par la métamorphose.
Au sein des relations quotidiennes, demander l’accord de l’autre (différent du rapport d’autorité), c’est s’offrir en son duo interne, en cette intimité nouvelle qui cherche à s’extérioriser. En demeurant mentalement présent en son enfantement. 


« L’amour guérit », une vérité ordinaire, cependant quand l’amour est vu comme agissant depuis le plan mental, l’amour du sentiment est vu comme mirage et enfermement. Il s’agit alors d’apprendre à délivrer consciemment ensemble à travers soi par le biais de l’entre nous, les Principes Guérisseurs de l’Unité qui sont Raison universelle.


La lumière du mental guérit, simplement parce que c’est le véhicule de l’âme.


Prendre le temps de s’offrir ensemble en ce point illuminé afin de dévoiler dans l’entre nous les trésors mis en libre circulation du monde Réel, demande décentrage, présence, endurance, inclusivité, authenticité.


Le don est perte de ce à quoi nous nous sommes identifiés.
….
Tout évitement à la lumière commune, éclaire l’ombre qui cherche les moyens de continuer d’exister égoïstement amplifiant le mirage du conflit, s’exprimant par le séparatisme et l’isolement.


C’est par la lumière que se dévoile la plus grande Lumière.

Le sens du temps